mercredi 16 janvier 2019

Un prêté pour un rendu à la une de La Prensa [ici]

"Ne pleure pas sur moi, Royaume-Uni", déclare le gros titre
Cela vous dit bien quelque chose, non ?
"Don't cry to me Argentina".
Quelque chose dans le genre...
Cliquez sur l'image pour une haute résolution

Pour une fois, c’est La Prensa qui fait de l’humour (noir) sur sa une : en mettant en vedette le revers subi par Theresa May hier soir à Westminster, le quotidien de la droite catholique paraphrase, de façon cinglante, le célèbre refrain de la comédie musicale Evita ! Une comédie musicale anglo-saxonne dont les Argentins ne raffolent pas vraiment : l’histoire qu’elle rapporte n’a pas grand-chose à voir avec la réalité historique qu’ils ont vécu, qu’ils soient péronistes ou gorilas (anti-péronistes).

Vous ajoutez les Malouines à tout ça et vous avez un cocktail passablement empoisonné. Donc que Theresa May se prenne une grosse défaite devant son Parlement, les Argentins, ça les fait plutôt sourire...

Cette une est d’autant plus violente que La Prensa n’est pas fan de Eva Perón, révolutionnaire de gauche et féministe, qui n’est pas tout à fait sa tasse de thé conservatrice, pour ne pas dire réactionnaire.

"C’est çui qui le dit qui y est, tra na na nère !" [Actu]

"L'inflation, c'est la démonstration de son incapacité à gouverner"
Mauricio Macri, 16 mai 2014

L’inflation a tenu ses promesses : pour l’année 2018, elle est de 47,6 % en moyenne, alors que les observateurs s’attendaient à un taux aux environs de 50 %.

C’est un rapport de l’INDEC (institut national des statistiques) qui le dit.

Tous les quotidiens nationaux s’en font l’écho aujourd’hui, comme on peut l’imaginer, et avec une cruauté cinglante, Página/12 en fait sa une en rappelant une phrase de Mauricio Macri pendant la campagne électorale qui lui a permis d’emménager à la Casa Rosada, il y a trois ans.

Notons juste que les gouvernants de gauche qu’il accusait ainsi d’incompétence parvenaient à juguler l’inflation dans des limites situées entre 22 et 25 % l’an… En janvier de l’année dernière, les ministres argentins annonçaient triomphalement qu’ils se fixaient comme objectif une inflation à 10 % à la fin de l’année, avec une marge de plus ou moins 2 points.

Une de ce jour
Cliquez sur l'image pour une haute résolution

Le taux actuel est le plus élevé depuis 1991. Même lors de la crise de 2001, l’Argentine n’avait pas souffert à ce point ! Personne n’attend que cette inflation record pour le pays ne baisse rapidement. Le président abordera donc la campagne pour sa réélection avec ce handicap.

Pour en savoir plus :
lire l’article de Ambito, le quotidien économique et financier

La justice de Jujuy protège le Mont des Sept Couleurs [Actu]


Après le scandale provoqué en décembre par l’interdiction d’accéder au Cerro de los Siete Colores de la part d’un particulier, en l’occurrence le chanteur Memo Vilte, voilà que la justice provinciale de Jujuy intervient et questionne l’existence d’une vente de ce site inaliénable, puisqu’il est inscrit au Patrimoine de l’Unesco.

Le juge a interdit à l’artiste qui se dit propriétaire de l’endroit d’y faire quelque construction que ce soit. Memo Vilte avait annoncé qu’il souhaitait bâtir un amphithéâtre à ciel ouvert.

Ce sont les riverains de ce lieu emblématique de la région de Purmamarca qui ont porté l’affaire devant les tribunaux.

Les riverains continuent la lutte. Ils ne se tiennent pas pour satisfaits, ce qu'ils veulent, c'est que le juge interdise définitivement toute espèce d'artificialisation de ce magnifique site naturel, qui figure dans tous les catalogues des voyagistes du monde entier.

Pour en savoir plus :
lire l’article de Página/12, dans son édition de dimanche dernier.

vendredi 11 janvier 2019

Du 11 au 20 janvier, Corrientes fête le Chamamé [à l’affiche]

Cette année, Corrientes a choisi de mettre en vedette le nouveau parc national de la Province
la magnifique Laguna Iberá qui occupe le tiers de son territoire
L'affiche participe aussi à la candidature du genre au patrimoine de l'UNESCO

L’été, c’est la saison des festivals et Corrientes, dans le nord-est du pays, dit aussi El Litoral (1), est l’une des premières villes argentines à lancer la saison avec sa Fiesta Nacional del Chamamé y fiesta del Mercosur.

Programme de ce soir
Cliquez sur l'image pour une haute résolution

Le chamamé est en effet une musique qui unit l’Argentine, le sud du Brésil, le nord de l’Uruguay et le Paraguay autour de l’accordéon, de la guitare et du maté. Une musique, une danse, une poésie, bref une culture complète et complexe… Le programme de ce soir est alléchant et typique : bénédiction pour commencer et hommage aux artistes disparus au cours de l’année 2018…

La page Facebook du festival donne le programme de chaque jour. D’ordinaire, les concerts du soir sont retransmis par Radio Nacional, à condition que l’antenne soit en mesure de travailler, maintenant qu’un nouveau directeur exécutif a été nommé par le gouvernement. Traditionnellement aussi, les concerts sont retransmis par TV Pública.

Pour aller plus loin :
vous connecter au festival à travers sa page Facebook.



(1) On désigne ainsi cette région parce qu’elle est limitée par deux rivières majeures, le Río Uruguay à l’est, qui sert de frontière avec la République Orientale de l’Uruguay, et le Paraná, à l’ouest, qui remonte vers le Paraguay. On l’appelle aussi la Mésopotamie argentine. C’est la terre par excellence de la forêt subtropicale et des plantations de yerba mate. En Province de Corrientes, on trouve aussi beaucoup de culture d’agrumes, en particulier la bigarade, la fameuse orange amère font l’écorce peut parfumer la yerba. Enfin, Corrientes, vous le savez depuis mon article d’hier, c’est aussi la patrie du Gauchito Gil (et vous le savez depuis encore plus longtemps, c’est la province qui a vu naître San Martín, dont vous parle mon autre article).

Une critique de mon travail sur San Martín qui me coupe le souffle [ici]

Cliquez sur l'image pour une haute résolution

Un grand merci à Madame Evlyne Leraut qui, le 21 décembre 2018, a publié sur Babelio cette critique élogieuse de ma biographie San Martín, à rebours des conquistadors, que j’ai publiée aux Editions du Jasmin et qui est toujours disponible dans toutes les bonnes librairies francophones européennes (1).

Copie d'écran.
Cliquez sur l'image pour une haute résolution

Pour consulter l’article en ligne, cliquez sur ce lien.
La même critique a été mise en ligne sur le site Onlalu.com.



(1) Comme les libraires ne peuvent pas avoir tout en rayons ni en réserve, pensez à le commander ! Ce sera plus facile. L’éditeur enverra le livre au libraire en quelques jours. Et cela fera vivre les librairies de nos villes.

L’été à Palermo chez Jacqueline Sigaut [à l’affiche]


Après la pause des fêtes, Jacqueline Sigaut rouvre sa porte pour une nouvelle série de concerts du samedi soir.

Ce samedi 12 janvier 2019, à 21h30, Jacqueline a invité le chanteur et compositeur Hernán Genovese pour un récital intime, où il chantera plusieurs chansons qu’il a écrites et puisera pas mal dans le répertoire de Carlos Gardel, dont il est l’un des excellents interprètes masculins actuels, avec une belle voix de baryton-basse…

Hernán Genovese est sur Facebook.

jeudi 10 janvier 2019

Grande affluence au sanctuaire du Gauchito Gil [Coutumes]

Photo Ville de Mercedes

Mardi dernier, la ville de Mercedes, dans la province de Corrientes, célébrait un nouvel anniversaire de la mort du Gauchito Gil avec l’inauguration d’une statue géante de ce saint populaire et non officiel. Une statue qui ne plaît pas à tout le monde. Elle peut nous paraître kitsch. Elle est en fait assez typique de la dévotion populaire sud-américaine, très chargée en couleurs et de forme très simple. Haute de 9 mètres, donc pas vraiment discrète, elle représente le Gaucho, dans ses vêtements traditionnels, où le rouge se voit à mille lieues à la ronde, et sa croix, qui rappelle celle qui fut posée sur sa tombe, après son exécution extrajudiciaire, il y a 141 ans.

La messe du 8 janvier à la paroisse de Mercedes
avec toutes les statues que les fidèles ont apportées pour qu'elles soient bénies
On voit que l'assemblée est très populaire
(regardez les tenues et la fréquence du surpoids)
Photo Ville de Mercedes

Qui fut le Gauchito Gil ? Une sorte de Robin des Bois argentin, un journalier rural qui, en pleine guerre civile entre fédéraux et unitaires, rejoignit une bande de hors-la-loi qui volait les riches pour redistribuer aux pauvres, sous la forme de protection apportée aux fugitifs, de soutien matériel aux persécutés. La bande aurait pris part à la guerre civile dans le camp des fédéraux, que la bonne société des possédants unitaires assimilait tous à des bandits. Au moins, ce n’était pas l’analyse politique qui lui donnait la migraine !

Le Gauchito Gil à côté d'une Vierge couronné et de San Cayetano
(chez nous saint Gaëtan : le prêtre avec un bébé dans les bras)
le saint du pain et du travail, autre grande figure de la piété populaire,
honoré le 7 août
Photo Ville de Mercedes

Dans ce qui n’était pas encore Mercedes, le hameau de Pai Ubre où il serait né, Antonio Mamerto Gil Núñez (circa 1840- 8 janvier 1878) fut arrêté pour désertion (il aurait désobéi alors qu’il était mobilisé, contre son gré comme la plupart des combattants de ce conflit, lors de la Guerre de la Triple Alliance, qui opposa, de 1864 à 1870, l’Argentine au Paraguay, pour la possession de la province de Chaco). Les policiers, qui devaient l’escorter jusqu’à la ville de Goya pour qu’il y soit jugé, décidèrent de l’exécuter en route. Il fut pendu par les pieds à un caroubier sur le bord du chemin et égorgé avec son propre couteau, grâce aux mœurs très douces des forces de l’ordre de l’époque (1). Des villageois vinrent décrocher son corps et l’enterrèrent pieusement dans le cimetière local, en mettant une croix sur sa tombe.

Le tumulus à l'extérieur de l'agglomération
Photo Ville de Mercedes

La légende veut qu’il ait supplié son bourreau de ne pas le tuer en lui prédisant qu’il allait recevoir une lettre qui prouverait son innocence et devant la résolution implacable du policier, il lui annonça qu’à son retour dans ses foyers, il trouverait son fils malade et sur le point de mourir, qu’il n’aurait plus alors que prier, en l’invoquant lui qui serait au Ciel (2), pour que son fils soit sauvé. Et c’est ce qu’il se passa. Depuis, les fidèles témoignent que de nombreux miracles et guérisons mystérieuses ont lieu sur sa tombe, dans le cimetière de Mercedes, et ailleurs, lorsqu’ils l’invoquent, comme on le fait traditionnellement avec un saint canonique.

Les valeurs de pardon et de grâce divine étant au cœur de cette croyance marginale, peu compatible avec l’ordre rigoureux de l’Église catholique d’aujourd’hui (3), celle-ci accompagne le pèlerinage en organisant des messes et des bénédictions dans l’église paroissiale et au cimetière.

Une de El Litoral, le 8 janvier
Le secteur du tumulus était déjà complètement engorgé sous un ciel qui menaçait
(photo centrale)
Cliquez sur l'image pour une haute résolution

Des petits sanctuaires du Gauchito Gil, très reconnaissables à leur armée de foulards rouges flottant au vent, jalonnent toutes les routes rurales du pays. Ce culte a même gagné les alentours de Barcelone en Espagne. On y lit des tas d’ex-votos très impressionnants avec des remerciements pour les grâces reçues.
En 1872, le journaliste et poète José Hernández (1834-1886), qui avait vécu à Corrientes, publia une grande épopée en sixains d’octosyllabes, El gaucho Martín Fierro, dont l’histoire est assez proche de celle que raconte la légende du Gauchito Gil, une légende qui, mis à part les événements miraculeux posthumes, correspond à une réalité sociale et politique souvent attestée dans cette deuxième partie du dix-neuvième siècle.

Une de El Litoral d'hier
Au centre de la page, les images de l'orage qui a inondé la province
En manchette, en haut à gauche, le pèlerinage à cheval
Cliquez sur l'image pour une haute résolution

Le Gauchito Gil est devenu le saint patron des petits salariés ruraux, ultra-précaires, celui des gens qui s’estiment victimes d’injustices, qui sont humiliés à leur travail, dans leur vie civile, etc. Et bien entendu, ils sont plus nombreux en période de crise grave comme celle que traverse l’Argentine, surtout depuis juin.

A l’occasion de cette inauguration, on a vu arriver à Mercedes quelque 200.000 pèlerins. Une manne économique dont cette statue doit favoriser l’exploitation à fonds. Ce sanctuaire et ce culte populaires sont un atout touristique pour la petite ville et tout est bon pour gagner de l’argent : le parking, l’accès aux toilettes, l’accès au tumulus qui marque l’endroit de l’exécution, à huit kilomètres de l’agglomération, les bibelots de piété et autres amulettes et breloques…
Les marchands du Temple dans toute leur splendeur ! Mais c’est aussi authentiquement pittoresque. Et très sincère chez la grande majorité des pèlerins.

Pour aller plus loin :
consulter la page Facebook du village de Mercedes, qui a publié de nombreuses photos du 8 janvier dernier
consulter le site religieux du Gauchito Gil, où vous pouvez déposer des intentions, comme on le fait sur les sites Internet de tous les grands sanctuaires catholiques partout dans le monde. Bien évidemment, celui-ci n'a rien d'officiel.



(1) Cette explosion de violence pourrait indiquer que l’homme était effectivement un fédéral rebelle car c’est le genre de crime que provoquaient les passions politiques de cette guerre civile atroce qui commença en janvier 1820 et prit fin en 1880, au moment où, après la victoire sur le Paraguay, le camp fédéral reculait devant la puissante avancée des unitaires, qui étaient au pouvoir à Buenos Aires, capitale fédérale depuis 1853. La "République conservatrice" (1860-1880) qui bénéficiait d’un meilleur armement, acheté, avec les gros sous des gros propriétaires terriens, aux puissances européennes qui étaient leurs clients, finit par écraser définitivement les fédéraux dans la banlieue de Buenos Aires en juin 1880. Une version lénifiante de la légende veut que Antonio soit tombé amoureux de la fille d’un commissaire, qui lui refusa la main de sa fille, et que l’inimitié entre les policiers et le gaucho viendrait de cet incident de jeunesse. C’est un procédé assez fréquent en Argentine lorsque l’oligarchie en place a voulu détourner la dénonciation de ses abus de pouvoir qui se glisse dans la parole populaire, comme les contes ou les chansons, dans le folklore à la campagne et comme dans le tango en ville.
(2) Un élément de la légende qui se raccroche très certainement à la figure du Bon Larron qui meurt sur la croix à côté du Christ, qui lui dit, à lui le réprouvé, que demain il sera dans le Paradis avec lui.
(3) Mais assez semblable sans doute à ce que furent les débuts chaotiques et anarchiques du culte des saints avant que l’Église organise son droit canon et établissent des procédures rigides qui entourent depuis le bas Moyen-Age la canonisation et la vénération des bienheureux et des saints.

Nouvel hommage à Pierre Richard [Actu]

Pierre Richard, façon statue de la Vierge, au milieu d'un décor typiquement portègne !

Décidément, la tournée actuelle de Pierre Richard en Argentine plaît à Página/12 qui, ce dimanche, publiait dans Яadar une longue interview où notre Grand Blond avoue, à 84 ans, qu’il n’est pas prophète en son pays. En novembre dernier, il était l’un des invités d’honneur du Festival International de Cinéma de Mar del Plata. Et depuis, c’est le troisième article que Página/12 consacre à notre compatriote.

Pierre Richard reçoit en Argentine un accueil beaucoup plus chaleureux encore que chez nous.

Selon son habitude ludique, Página/12 a choisi d’intituler l’article en paraphrasant le premier verset de l’Ave Maria : Lleno eres de gracia (plein de grâce).

Les fans du comédien apprécieront !

Página/12 revient sur le scandale des centres de formation [Actu]

En gros titre : "Perdus dans la nuit"

En cette période de longues vacances scolaires, le journal de gauche Página/12 revient sur la fermeture, décidée par la municipalité ultra-libérale de Buenos Aires, de quatorze centres de formation professionnelle et de cours du soir de préparation au baccalauréat, pour des adultes sortis trop tôt du système scolaire.

En décembre, en annonçant cette mesure d’austérité, la ministre de l’Education de la Ville Autonome de Buenos Aires avait affirmée que les écoles qui restaient ouvertes étaient largement suffisantes pour accueillir le public concerné. Or c’est faux : les personnes intéressées ne trouvent déjà plus de places et les inscriptions sont closes en ce qui concerne la première année, pour la rentrée de mars prochain.

Un collectif d’étudiants, de professeurs et des syndicalistes de tous les secteurs (1), s’est forgé pour lutter contre cette décision unilatérale de la ministre, qui a évité le débat à la Legislatura de la Ville. Le collectif organise des bureaux d’inscription en plein air, dans la rue, dans divers secteurs de Buenos Aires, pour identifier tous ceux qui ne trouvent pas chaussure à leur pied. Le Défenseur du Peuple (médiateur) est prêt à intervenir dans cette affaire qui est le premier recul de l’instruction publique depuis le retour à la démocratie. Dans un pays dont les pères fondateurs, au temps de l'indépendance, ont presque tous eu pour obsession le développement de l'instruction publique !

Il y a à Buenos Aires intra-muros 400.000 personnes qui ont quitté l’école sans diplôme, le plus souvent lorsqu’ils ont atteint l’âge de la fin de l’obligation scolaire.

Dessin paru à la une de Página/12 ce matin
Les deux types au fond : Avec le chômage et la fermeture d’écoles,
la manière d’aborder les inconnus a changé.

Elle : Et toi ? Tu ne travailles pas ou tu n’est pas étudiant ?
Traduction © Denise Anne Clavilier

Pour en savoir plus :
lire l’article principal de Página/12, dont l’édition de ce matin consacre plusieurs papiers à la question.



(1) Ces formations diplômantes sont en effet soutenues par les syndicats, qui parfois aident matériellement et financièrement les étudiants s’ils doivent renoncer à une partie de leurs revenus pour libérer du temps pour l’étude.

lundi 7 janvier 2019

Il y a cent ans aujourd’hui commençait la Semana Trágica [Histoire]

Le début des troubles au début du reportage de Caras y Caretas
En haut, les lieux de la première fusillade policière contre les ouvriers rebelles
Au centre : les dégâts dans un salon de coiffure du voisinage et un mur
En bas : le médecin venu au secours des victimes
avec son secrétaire et les forces de police montée
Les obsèques des victimes, le lendemain, allaient mettre le feu aux poudres
Cliquez sur l'image pour une haute résolution

Il y a un siècle, dans ce qui est aujourd’hui plaza Martín Fierro, dans le quartier San Cristóbal, à Buenos Aires, éclatait une grève, que ses organisateurs déclaraient générale et qui allait se transformer du jour au lendemain, aux premiers morts, en émeute qui enflamme tout le sud de la ville, à quoi répondirent une nouvelle série de représailles d’une rare violence. La place recouvre le vaste périmètre où se dressaient les Ateliers Vasena, un complexe industriel de mécanique et de métallurgie fondée par un immigré italien, Pietro Vasena (1853-1916). Il y a quelques années, l’endroit a fait l’objet de fouilles archéologiques qui ont donné lieu à plusieurs articles scientifiques rassemblés dans un livre, en accès libre et gratuit en ligne. Un morceau du mur de l’usine principale tient encore debout, ultime témoin de la tragédie qui a pris naissance dans ce sud populaire de Buenos Aires.

Plaza Martín Fierro (Facebook)
Les vestiges de l'usine

En janvier 1919, la révolution bolchévique était toute récente et elle terrorisait les grands possédants et les bourgeois modestes partout dans le monde. Les rumeurs courraient que le tsar Nicolas II avait été tué mais on n’en savait pas plus. A Berlin, la marxiste Rosa Luxemburg et le social-démocrate Karl Liebknecht voyaient leur échapper une révolution prolétaire immature. Elle s’achèva par leur assassinat le 15 janvier et un bain de sang général qui fit office de fonts baptismaux à la malheureuse République de Weimar. Et voilà qu’à Buenos Aires, les trains s’arrêtent d’un seul coup, au lendemain de l’Epiphanie. Les journaux ne paraissent plus, les commerces cessent de lever le rideau, les services de voiture à chevaux ne fonctionnent plus et l’approvisionnement de la ville est interrompu. De plus, les femmes tiennent un rôle certain dans ce mouvement revendicatif et les enfants sont présents parmi les grévistes et les manifestants. Le gouvernement du président Hipólito Yrigoyen (1), pourtant de gauche et porté au pouvoir dans la liesse en 1916 par le vote populaire (2), fait donner la troupe et la police. Il préfère négocier avec le patronat qu’avec les ouvriers. La répression qui s’ensuivit causa de nombreux morts et blessés pendant toute la semaine.
D’un seul coup, Buenos Aires est transformée en ville assiégée, où le peuple érige des barricades dans les quartiers populaires (Constitución, San Cristóbal, La Boca, Barracas, etc.) tandis que la cavalerie, l’infanterie et l’artillerie de l’armée de terre protégent les institutions nationales, comme le Congrès et le palais du Gouvernement (Casa Rosada), et investissent la rue, les gares et le métro tout neuf (3), pendant que les troupes de marine transforment les deux ports de la ville en camps retranchés.

Caras y Caretas
Les incidents en marge de la "marche patriotique" de l'UCR
Cliquez sur l'image pour une haute résolution

Parmi les manifestants ouvriers, il y avait quelques communistes, peu nombreux, et beaucoup d’anarchistes. Certains d’entre eux étaient juifs, c’étaient des immigrants de date récente, originaires de l’ancien empire russe (4), arrivés en Argentine pour fuir les pogroms du vendredi soir dans leur pays natal. Or des groupes d’émeutiers s’en prirent, entre autres, à des institutions catholiques : une église fut incendiée, Jesús Sacramentado, ainsi qu’un orphelinat de filles, la Casa de Jesús, entièrement pillé et dévasté. La répression se traduisit très rapidement en débordements antisémites, d’origine patronale et radicale, qui donnèrent lieu à un progrom sanglant, le seul qui ait jamais eu lieu en Amérique du Sud.

Quotidien Le Temps (Paris), édition du 14 janvier 1919 (Gallica - BNF)
Cliquez sur l'image pour une meilleure résolution

Face aux ouvriers révoltés, l’UCR, parti au pouvoir, organisa une réponse dite patriotique, avec un impressionnant défilé en bon ordre, en costumes et canotiers, sur Avenida de Mayo, qui relie les deux centres du pouvoir, la Casa Rosada et le Congrès. Les photos ne sont pas sans nous rappeler la manifestation en faveur du général De Gaulle à la fin des événements de mai 1968.

Le Figaro, du 14 janvier 1919 (Gallica-BNF)
Cliquez sur l'image pour une meilleure résolution

La ville connut aussi tous les désagréments collatéraux : grève des éboueurs, montagnes d’immondices dans les rues, voitures de tramway renversées et détruites, abandonnées sur la voie publique, vitrines démolies, milliers de litres de lait renversés sur la chaussée. Le tout en plein été, avec les odeurs nauséabondes que provoquait ce soleil qui dardait sans pitié ses rayons sur ce champ de bataille urbain.

Le vieil ombú de Plaza Martín Fierro (Facebook)
Un peu de paix sur des lieux qui perdent la mémoire...

C’est l’hebdomadaire Caras y Caretas qui, pour décrire les faits qui venaient de ravager la capitale argentine trouva, dans son édition du 18 janvier 1919, ce nom de Semana Trágica que l’histoire a retenu pour désigner ces événements. Le magazine illustré ne consacra pas moins de 29 pages à cette sanglante actualité.
Des pages très instructives et émouvantes : beaucoup de photos et quelques dessins montrent un cœur historique de Buenos Aires qui n’a pas beaucoup changé, en particulier les rues de Monserrat (Belgrano, Mitre, Chacabuco, Perú, Saénz Peña, Piedras, etc.) alors que les quartiers industriels ont complètement disparus. Ils montrent aussi des classes sociales aux tenues très discriminantes : le peuple, de tout niveau social, qui a pour expression culturelle le tango naissant.

Dans les éditions papier de ce matin, la presse rappelle ces événements douloureux.

Pour en savoir plus :
lire l’article de Ambito, le quotidien financier national.
Bien entendu, la presse militant de gauche en parle beaucoup plus encore mais, là, il y en a trop !



(1) Yrigoyen était le leader de la Unión Cívica Radical, parti d’abord révolutionnaire et devenu démocratique en 1916, qui forme aujourd’hui une bonne partie du centre droit du paysage politique argentin. L’UCR est actuellement alliée au PRO (libéraux), formant ainsi l’alliance gouvernementale Cambiemos. L’UCR avait surgi en 1891 de la classe moyenne, passablement embourgeoisée, de Buenos Aires : médecins, juristes, fonctionnaires, enseignants... Les attaques de groupes radicaux contre les comités ouvriers, notamment juifs, viennent donc d’une tradition de violence politique encore très ancrée dans le jeune parti.
(2) En 1912, la loi Saénz Peña avait donné le droit de vote à tous les hommes nés argentins, le refusant aux naturalisés, dans un pays qui connaissait une vague d’immigration dont l’ampleur n’a pas beaucoup d’équivalent dans l’histoire du monde, à part celle qui connaissait New York à la même époque. La loi prévoyait que le vote serait obligatoire et secret. Trois grandes nouveautés qui ne manquèrent pas de produire leur effet : au premier scrutin national qui suivit, les électeurs mirent la tête du pays le premier gouvernement constitutionnel de gauche de l’histoire argentine.
(3) La première ligne, qui partait alors de Plaza de Mayo, datait de 1813. Le premier métro du continent.
(4) C’est la raison pour laquelle ruso, en Argentine et surtout à Buenos Aires, veut souvent dire juif et non pas russe. De même, turco veut dire arabe et non pas turc : les immigrants venant du Liban et de la Syrie, en majorité des chrétiens qui, avant la première Guerre mondiale, fuyaient l’islamisation et la turquisation de l’Empire ottoman, entre les guerres balkaniques et la première Guerre mondiale, présentaient à la douane du port de Buenos Aires des passeports turcs jusqu’au traité de Trianon, qui démantela l’empire, après sa défaite de 1918.

dimanche 6 janvier 2019

Provocations présidentielles pour bien commencer une année électorale [Actu]

Une de Página/12 hier : "une fête avec un seul invité"
Elle : Macri dit que les 70 dernières années, on a fait la fête
Lui : Toi, on t'a invitée ?
Elle : Non
Lui : Moi non plus
Traduction © Denise Anne Clavilier

En vacances en Patagonie depuis plusieurs semaines (il est parti avant Noël), le président Mauricio Macri a accordé vendredi deux interviews à des radios locales, l’une installée à Neuquén, dans le sud du pays, l’autre à Córdoba, dans le centre.

Il y a fait une énième analyse des trois premières années de son mandat. Il a fait preuve d’une autosatisfaction à laquelle nous sommes désormais habitués et qui n’est pas sans rappeler aux Français le décalage du chef de l’Etat avec la réalité du pays qu’exprime Emmanuel Macron, avec lequel Macri partage beaucoup plus qu’une similitude patronymique. Dans ces déclarations, l’Argentin a glissé quelques phrases très polémiques, sans doute destinées à souder la droite de son électorat et qui fait réagir fortement, malgré la trêve des fêtes (1), son opposition : en faisant référence à l’histoire de l’Argentine, il a parlé des 70 dernières années comme d’années de fiesta dont il serait impossible de sortir en trois ans. Ce qui expliquerait la crise terrible qui affecte le pays, en particulier depuis juin et l’intervention du FMI, qui a pris les rênes de la politique économique nationale. On croirait le diagnostic d’un médecin de Molière : "Voilà justement ce qui fait que votre fille est muette !" (2)

Dessins de Daniel Paz et Rudy, à la une de Página/12 hier
Lui : Comment tu sais que les rois mages, c'est les parents ?
Elle : Parce que papa et maman, ils s'arrangent pour boucler leurs fins de mois
Lui : Et alors ?
Elle : Ben, pour faire ça, faut être magicien
Traduction © Denise Anne Clavilier
En Argentine, mago désigne le mage autant que le magicien
C'est ainsi que Carlos Gardel est surnommé El Mago

Or depuis 1949, le pays a connu plusieurs dictatures militaires, dont la dernière, d’une violence extrême, a fait plusieurs milliers de morts de 1976 à 1983, et de nombreuses crises économiques, toujours déclenchées à la suite d’une phase néolibérale où l’État s’est effacé au profit des intérêts privés, la plus brutale remontant à 18 ans, la crise de l’été 2001, où le pays s’est effondré.

En octobre prochain, ce sera le premier tour des élections présidentielles, législatives nationales et provinciales. 2019 s’annonce comme une année où l’exécutif actuel cherchera à cliver la population et n’hésitera pas à mentir (3).

Dessin de Daniel Paz et Rudy, à la une de Página/12 ce matin
La journaliste : Pourquoi tant de vacances ?
Macri : En fait, je n'avais jamais imaginé que tout ça,
augmenter le prix du gaz, de l'électricité, de l'eau
baisser les salaires, mettre les gens à la porte,
endetter le pays et manipuler la justice
serait aussi fatigant !
Traduction © Denise Anne Clavilier

Dernières confidences d’un chef d’État en vacances : le pauvre chou ne comprend pas pourquoi on le critique pour ses nombreux jours de vacances (tout au long de l’année) et s’est pas encore remis de la défaite de Boca Juniors devant River Plate, à la finale de la Copa Libertadores, jouée pour la première fois en dehors du continent, parce que le gouvernement argentin n’a pas été capable d’assurer l’ordre dans les rues de sa capitale… On le plaint !

Pour aller plus loin :
lire l’article de La Prensa (droite catholique réactionnaire)
lire également l'article de Página/12 de ce jour qui dénonce le gouvernement qui se réjouit (festeja) de la stabilisation du dollar (à des altitudes stratosphériques tout de même) qui a pour conséquence la hausse tout aussi stratosphérique des taux d'intérêt et la chute du crédit.



(1) Le 6 janvier est la date traditionnelle et conservée par le magistère catholique, en Espagne et dans tous les pays hispanophones, comme aussi en Italie, où l’Église célèbre l’Epiphanie, jour où l’on donne leurs cadeaux aux enfants. En Amérique du Sud, la tradition est respectée puisque les petits sont en vacances d’été et qu’ils ont tout l’été pour profiter de leurs jouets. En Espagne, l’usage des cadeaux glisse progressivement vers Noël, parce que l’école reprend le 7 janvier, sauf quand le 7 tombe le week-end.
(2) Le Médecin malgré lui, acte II, scène 4.
(3) Il y a quatre ans, Cristina Kirchner avait agi de la même manière, dressant les gens les uns contre les autres. Ce qui a eu probablement une certaine influence sur la défaite du kirchnerisme face à Macri, qui apparaissait comme un contrepoids valide alors, sauf pour les électeurs de gauche à la conscience politique très structurée.

vendredi 4 janvier 2019

La bête à Bon Dieu pour porter chance en 2019 [Humour]

Miguel Rep a réjouit la première édition 2019 de Página/12 avec cette vignette qui fait la part belle à la coccinelle, surnommée en Argentine bichito de la suerte (bestiole porte-bonheur). Un insecte de saison, puisqu’on est en plein été.

Cette année, à la suite du #MeToo argentin dont je vous ai parlé en décembre, l’artiste a choisi de féminiser l’expression en y ajoutant un petit pléonasme des familles (bichita de la buena suerte).

Miguel Rep, dans Página/12, daté du 2 janvier 2019
Cliquez sur l'image pour une meilleure résolution

Et comme dit Rep dans sa légende : "Les petites bêtes porte-bonheur, pour l’année qui commence.
Parce qu’on va en avoir sacrément besoin, c’est moi qui te le dis !"
Traduction © Denise Anne Clavilier

De toute évidence, il pense à la situation économique de l’Argentine, aux prochaines élections générales qui désigneront le prochain président et à ce qu’il se passait le même jour au Brésil, où Bolsonaro venait d'inaugurer son mandat (et prenait, dès le lendemain, des décrets scandaleux, pour placer les terres réservées aux peuples premiers sous la tutelle du ministère de l’agriculture, baisser le montant du salaire minimum et exclure la population LGTB de la politique des droits de l’homme). Et c’est dans ce beau pays que Juan Darthès, la vedette du cinéma et de la chanson poursuivie pour viols au Nicaragua et en Argentine, vient de se réfugier…

Allez, bonne année malgré tout !

Tout un Яadar pour Osvaldo Bayer [Actu]


Dimanche dernier, Página/12 a consacré son supplément hebdomadaire idées presque entier à l’historien anarchiste Osvaldo Bayer, disparu le 24 décembre dernier.

Osvaldo Bayer a été chroniqueur dans les colonnes de ce quotidien depuis sa fondation.

Pour consulter le supplément du 30 décembre 2018, cliquez sur le lien.

samedi 29 décembre 2018

Hommage à Osvaldo Bayer au lendemain de Noël [Actu]

Página/12 le 26 décembre 2018

Tout au long de la semaine, la presse a rendu hommage à Osvaldo Bayer, inhumé au milieu d’un grand concours de peuple à Buenos Aires. Página/12, dans les pages duquel l’historien avait tenu des chroniques fréquentes, lui a consacré sa une du 26 décembre, avec ce portrait signé Daniel Paz.

Une photo choisie par Página/12
Osvaldo Bayer chez lui, dans son patio,
un décor typique de la classe moyenne portègne

La Prensa a critiqué vertement les prises de position du disparu, avec des arguments catho-aigris,  particulièrement désagréables au moment de Noël et qui remontent à une Guerre froide qui est finie depuis longtemps.

Pour aller plus loin :
lire l’article de Página/12 du 26 décembre
lire l’article de Página/12 du 27 décembre
lire l’article de Página/12 du 29 décembre

Bilan socio-économique désastreux et perspectives peu engageantes [Actu]

Página/12 a choisi de reproduire un tableau du peintre Antonio Berni (1905-1981)
qui fait lui-même allusion à un autre chef d'œuvre de la peinture argentine,
Sin pan y sin trabajo (sans pain et sans travail) de La Cárcova (1)
Le gros titre est un jeu de mot : "une fin d'année avec des licenciés"
Cliquez sur l'image pour une meilleure résolution

Página/12 clôt l’année 2018 avec une revue de détail des catastrophes économiques qui s’abattent sur l’Argentine. En 2019, les élections se tiendront : président, Congrès national, gouvernorats provinciaux et chambres législatives locales. Le journal fait déjà campagne contre l’actuel président. Et tout y passe : les pertes d’emplois, la perte de confiance des investisseurs (qui n’en ont jamais eu beaucoup pour l’Argentine), les augmentations de tous les services qui prennent effet au début de l’année prochaine (transports publics, eau, gaz et électricité)…

Le gros titre : "Toutes les mauvaises nouvelles d'un coup"
avec une photo du ministre de l'Energie, démissionnaire le lendemain
Cliquez sur l'image pour une haute résolution

Daniel Paz et Rudy, sur la une de Página/12 le 27 décembre (ci-dessus)
Le conseiller : Votre image se détériore à cause de l’inflation
Mauricio Macri : Tu vois ? L’année dernière, j’ai demandé au Père Noël qu’il baisse l’inflation. C’est ce type qui n’a pas tenu ses promesses mais c’est moi qui paye les pots cassés !
Traduction © Denise Anne Clavilier

Le ministre de l’Energie a d’ailleurs dû démissionner le jour après avoir annoncé cette série de mesures, montant à dix le nombre de ministres et secrétaires d’État qui ont quitté le gouvernement en 2018. Cela dit assez bien la fragilisation politique du président qui n’arrive plus à fidéliser ses collaborateurs et qui continue à vouloir modifier le code du travail, avec les arguments classiques des néolibéraux : il faut flexibiliser le marché du travail, réduire les droits des salariés et libérer le droit des patrons de licencier en justifiant de moins en moins leurs décisions. Et creuser ainsi les inégalités encore et toujours...

Le gros titre : "Tout augmente"
Les chiffres sont inscrits à gauche, en gras et en bleu

Pour en savoir plus :
lire l’article de Clarín sur les boutiques de la rue Florida qui ont baissé le rideau (Florida est la plus commerciale des rues du centre de Buenos Aires, très courue des touristes)
lire l’article de La Nación sur la réforme à venir du marché du travail
lire l’article de Página/12 du 28 décembre
lire l’article de La Nación sur l’augmentation de l’électricité (le quotidien a publié également un article aux prix des transports et au sursaut d’inflation que provoquent toutes ces hausses)
lire l’article de Clarín sur la démission du ministre
lire l’article de La Nación sur ce sujet.



(1) De la Cárcova et Berni font partie de ces peintres qui ont marqué le patrimoine argentin de leur sensibilité que je ferai découvrir aux voyageurs qui s'inscriront aux voyages que je prépare avec l'agence Odeia et que je présenterai le 17 janvier prochain, à Paris.

Gastronomie en deuil : Choly Berreteaga est décédée [Actu]


Ce Noël 2018 aura été lourd en deuils : le mardi 25 décembre, une grande dame de la vulgarisation culinaire a quitté ses fourneaux pour toujours. Choly Berreteaga avait à son actif une cinquantaine de livres et diverses émissions de cuisine. Elle s’est effondrée, le jour de Noël, à l’âge de 91 ans.

La dame était née dans le nord de l’Espagne, en Galice. En 1963, elle avait fait sa première apparition à la télévision argentine et démarré une carrière de grande figure médiatique.

Les quatre quotidiens nationaux lui ont rendu hommage mercredi dernier.

Pour en savoir plus :
lire l’article de Página/12, qui publie une interview de 2013