vendredi 23 septembre 2016

Timide disposition sociale à Buenos Aires [Actu]

Les deux informations sont dans la colonne de droite
cliquez sur l'image pour une très haute résolution

Pour cette fin d'année scolaire, qui s'achève quelques jours avant Noël, le gouvernement de la Ville Autonome de Buenos Aires fait un peu machine arrière sur sa politique tarifaire démentielle (et incohérente) concernant les transports en commun : les enfants scolarisés dans le système public ou privé auront droit à la gratuité dans les bus à concurrence de 50 voyages par mois et uniquement pendant les jours de classe (les vacances scolaires, les dimanches, les jours fériés sont exclus).

Le Gouvernement municipal a en effet supprimé au début de l'année toutes les subventions et fait désormais payer le prix fort à tout usager des transports en commun inter-urbain, ce qui est totalement contradictoire avec la nécessité de faire baisser l'utilisation de la voyage particulière pour désengorger la ville et limiter les effets de la pollution. Qu'à cela ne tienne, l'idéologie libérale l'emporte sur le bon sens en la matière. La décision présentée hier par le chef du gouvernement portègne est donc une marche arrière sur l'ultra-libéralisation du secteur depuis le début de la mandature, le 10 décembre dernier.

Fidèle à sa ligne tabloid, Clarín préfère consacrer sa une à un nouveau scandale
de corruption bien crapuleux dans l'entourage de Cristina Kirchner
mais l'étude de l'Indec se retrouve tout de mêm en une
cliquez sur l'image pour obtenir une haute résolution

Au même moment, l'INDEC, le centre national des études statistiques, entièrement réformé en début d'année, publie une étude sur le niveau de revenus dont ont besoin les Argentins pour ne pas tomber en-dessous du seuil de pauvreté. La gratuité des transports en commun pour les écoliers va donc participer d'un rééquilibrage des budgets familiaux, fortement impactés en début d'année par la hausse brutale du prix de l'énergie (jusqu'alors subventionnée au-delà du raisonnable par le gouvernement national de Crisitina Kirchner) (1), les pertes d'emplois publics (particulièrement ressenties à Buenos Aires) et la hausse des tarifs pour les bus, le métro et même les taxis.



Les deux informations sont affichées en une par Clarín et La Nación tandis que Página/12 préfère regarder ailleurs, vers les ratés médiatico-diplomatiques de Mauricio Macri à New-York (2) et le scandale des Bahamas Papers (qui vient de révéler de nouvelles affaires de fortunes placées off-shore et non déclarées au fisc par des chefs d'entreprise de droite tandis que des scandales de corruption de plus en plus nombreux continuent de mettre en cause l'ex-gouvernement Kirchner, cerné par des affaires passablement crapuleuses) (3).

Pour en savoir plus :
lire l'article de Página/12 sur la gratuité des transports pour les scolaires
lire l'article de La Nación sur le même sujet
lire l'article de Clarín sur le sujet
lire l'entrefilet de La Prensa sur le sujet
lire l'article de La Nación sur l'enquête rendue publique par l'INDEC sur les niveaux de ressources dans le pays
lire l'article de Clarín sur le même sujet
découvrir le nouveau site Internet de l'INDEC et ses indicateurs économiques, désormais régulièrement tenus à jour dans une plus grande clarté. Nettement plus crédible qu'autrefois !



(1) Les factures de gaz ou d'électricité pouvaient atteindre 50 pesos pour la consommation de deux mois d'une famille ordinaire, soit environ 3 euros, ce qui a notablement encouragé le gâchis : laisser la lumière allumée dans les pièces que l'on quitte, allumer le chauffage ou la climatisation pour un oui ou pour un non, utiliser le micro-ondes pour trois fois rien, remettre sur le gaz de la bouilloire au lieu de conserver l'eau à température dans un thermos pour le mate, etc.
(2) Dans une déclaration publique, Mauricio Macri a laissé entendre que sa reprise de dialogue avec Madame May avait permis de mettre à l'agenda des rencontres bilatérales entre l'Argentine et la Grande-Bretagne des discussions sur la souveraineté argentine sur les Malouines, ce que la Première Ministre britannique s'est empressé de démentir (ç'aurait été trop beau, de la part d'un gouvernement qui s'est constitué après un référendum aussi démagogique que celui du Brexit) et il a fallu que Susana Malcorra, la ministre des Affaires étrangères argentine, monte au filet pour rattraper la bourde avec délicatesse. Et cela amuse beaucoup Página/12 qui se régale de toutes les erreurs du gouvernement en place, de la même manière qu'auparavant La Nación et Clarín et toute l'opposition s'étaient réjouis de voir la frégate Libertad saisie au Ghana et autres camouflets internationaux infligés à Cristina Kirchner et donc, à travers elle, au pays tout entier. C'est lamentable de voir ce quotidien, qui avait quelque tenue jusqu'en décembre dernier, s'abaisser à des comportements aussi antipatriotiques...
(3) Il est vrai que la fuite des capitaux et l'évasion fiscale à haute dose dans ce secteur de la société argentine constituent de véritables difficultés pour la stabilité de l'économie nationale mais les torts sont partagés entre droite et gauche, qui ont autant les uns que les autres contribué à piller le pays, sous des formes diverses et variées. Le problème de Página/12 maintenant est de ne vouloir dénoncer qu'un seul des côtés du problème alors que le reste de la presse se fait progressivement plus équitable et enquête de plus en plus des deux côtés.

Rebondissement dans l'affaire Nisman [Actu]

L'affaire Nisman a droit à l'article en haut à gauche
En vedette, les déclarations fracassantes mais erronées de Mauricio Macri
qui croyait à l'ONU avoir obtenu du Royaume-Uni son accord
pour parler de la souveraineté des Malouines
La Première Ministre britannique a démenti
quelques heures après le bouclage des journaux à Buenos Aires.
Cliquez sur l'image pour obtenir une très haute résolution

La Cour Suprême argentine s'est prononcée sur l'affaire Nisman, cette enquête à rebondissements sur la mort violente du procureur Alberto Nisman le 18 janvier 2015. Les magistrats, au nombre de cinq désormais, ont décidé que l'enquête était du ressort de la justice fédérale, ce qui indique qu'ils estiment qu'il y a lieu de soupçonner que la mort du procureur est liée à des causes institutionnelles ou politiques et qu'elle ne relève pas d'un simple fait divers.

Voilà de quoi contenter les parties civiles, c'est-à-dire la mère (pas très claire), les filles (mineures) et l'ex-épouse (très antipathique), elle-même juge fédérale qui n'a pas ménagé ses efforts depuis deux ans pour obtenir ce changement de niveau judiciaire (et donc de magistrats).

Ici, l'affaire Nisman occupe le rectangle en haut à droite, sous le titre
De l'autre côté, la fausse nouveauté des Malouines
Cliquez sur l'image pour obtenir une très haute résolution

Au cours de mon récent séjour en Argentine, pour la première fois, j'ai entendu parler d'éléments du dossier qui, s'ils étaient avérés, viendraient contredire la théorie de suicide qui tenait la corde jusqu'ici pour les magistrats instructeurs, jusqu'au très spectaculaire et très récent retournement de veste de la juge portègne en charge du dossier, quelques semaines après la prestation de serment du nouveau Président de la Nation. On murmure (très fort) en effet que plusieurs caméras de surveillance dans le hall de l'immeuble résidentiel où vivait le défunt magistrat, dans le très chic quartier de Puerto Madero, ne fonctionnaient pas en cette tragique journée d'été 2015. Or la théorie du suicide repose en grande partie sur le fait qu'aucune de ces caméras n'a enregistré les allées et venues du présumé assassin (on ne voit personne d'étranger à l'immeuble de toute la journée) et on n'a pas non plus relevé de trace de la présence d'une autre personne, étrangère à la famille, dans l'appartement du défunt.

Página/12 aurait-il bouclé après ses confrères de la majorité ?
La une est consacrée à l'impair médiatico-diplomatique de Mauricio Macri
(qu'on voit ici à côté de sa ministre des Affaires étrangères)
L'affaire Nisman est reléguée en manchette en haut à droite

L'enquête va donc probablement prendre une autre tournure et ce changement de cap est directement lié à l'alternance politique et à l'arrivée au pouvoir d'une nouvelle majorité. Si aucune procédure d'inculpation ne devrait pouvoir être relancée contre Cristina Kirchner sur les chefs d'accusation avancés par Alberto Nisman trois jours avant sa disparition, au sujet d'une soi-disant haute trahison pour la tentative de négociation avec l'Iran pour enquêter sur des ressortissants de ce pays fortement soupçonnés d'être à l'origine de l'attentat contre l'AMIA, dont était chargé Alberto Nisman (1), il se pourrait qu'elle soit inquiétée pour la mort du procureur dont on soupçonne qu'elle l'aurait commanditée, suggérée ou inspirée.

Pour aller plus loin :
lire l'article de La Nación (de mercredi)
lire l'article de La Prensa (de mercredi)
lire l'article de Página/12 (mercredi). Le quotidien d'opposition interprète, comme toujours depuis décembre dernier, ce retournement de l'affaire comme le résultat d'un complot de la majorité contre Cristina Kirchner (2)
Pour remonter l'histoire de cette affaire très malodorante, cliquez sur le mot-clé Affaire Nisman dans le bloc Pour chercher, para buscar, to search, ci-dessus.


(1) Cette procédure est déjà définitivement close puisqu'elle a épuisé tous les recours légaux et constitutionnels et que toutes les instances judiciaires consultées ont conclu que le réquisitoire de Nisman n'apportait aucune preuve d'aucun début de la moindre action légalement répréhensible. Tout juste y a-t-il pour l'opposition matière à contester la pertinence politique de la tentative d'entente avec l'Iran. Comme on ne revient jamais sur la chose jugée dans un Etat de droit, il est impossible d'ouvrir une nouvelle fois ce même dossier.
(2) Le même quotidien avait crié victoire à la mi-août lorsque la même Cour Suprême avait annulé les augmentations unilatérales des tarifs de l'énergie et obligé le gouvernement argentin à procéder à des consultations publiques sur le sujet.

samedi 17 septembre 2016

La Patria Tanguera au CCK sous la direction de Andrés Linetsky [à l'affiche]


Ce soir, samedi 17 septembre 2016, début au CCK d'une série de concerts, intitulée La Patria Tanguera (la patrie qui vit du tango), organisée par le pianiste et compositeur Andrés Linetsky qui va présenter des musiciens de tout le pays et de toutes les obédiences stylistiques et esthétiques, depuis le plus classique jusqu'au plus rebelle ou au plus engagé politiquement (à gauche).


Ce soir, on commence à 19h avec un concert gratuit dans la Sala Sinfónica du CCK (entrée par Sarmiento 150). Ce samedi, participeront le groupe La Biaba (de Rosario, Santa Fe), la Orquesta Típica Ciriaco (de Córdoba), la Orquesta de Víctor Lavallen, établi à Buenos Aires mais né à Santa Fe, comme le Nuevo Quinteto Ramiro Gallo.


Les concerts suivants auront lieu les 12 et 13 novembre avec d'autres groupes.

Même Página/12, qui n'a pas eu de mots assez durs cette semaine pour stigmatiser l'installation au CCK (Centro Cultural Kirchner) du Forum économique international (dont il hait l'idée même), est bien obligé de convenir que cette programmation correspond à ses attentes politico-culturelles et à la vocation culturelle du lieu...


Pour en savoir plus sur la manifestation :
lire l'interview de Andrés Linetsky par l'agence Télam
lire l'article de Página/12, qui interviewe le violoniste Ramiro Gallo et le bandonéoniste Pablo Jaurena, qui anime l'orchestre Ciriaco
lire la présentation officielle sur le site Internet du CCK

Le CCK et Tecnópolis fêtent le Día del Chamamé [à l'affiche]

Cliquer sur l'image pour une haute définition (belle affiche)
Le 19 septembre, en Argentine et surtout à Corrientes, c'est la fête du Chamamé, la musique emblématique du Litoral, cette bande de terre au nord-est du pays prise en étau entre les cours du Paraná et du Río Uruguay, au nord de leur confluent qui forme le Río de la Plata, mais le chamamé est aussi présent dans la province de Chaco ainsi qu'à Formosa, la province qui longe la frontière sud du Paraguay, l'autre pays où le genre se développe et s'épanouit.


Comme cette année, le jour tombe un lundi, le CCK à Buenos Aires a choisi de proposer des activités tout le week-end, depuis hier soir.
Cet après-midi, samedi 17 septembre 2016, à 15h. ce sera une matinée enfantine animée par la troupe de danse, Raíces y Tradiciones.
En soirée, le CCK propose dans la grande salle, La Ballena Azul, une fête dansée avec l'orchestre provincial de Chamamé de Corrientes et la participation de l'auteur-compositeur interprète vedette Antonio Tarragó Ros, qui se produisait avant-hier déjà au Centro Cultural Torquato Tasso. Ce sera l'occasion pour la Province d'annoncer le programme de sa prochaine Fiesta del Chamamé qui se tiendra à Corrientes du 20 au 29 janvier 2017, au cœur de l'été, à l'amphithéâtre Mario del Tránsito Cocomarola, l'un des plus grands représentants du genre, dont la date du décès (19 septembre 1974), a été retenue pour marquer le Día del Chamamé.


Et demain dimanche, on remet ça avec les mêmes acteurs mais cette fois-ci à Tecnópolis, le parc d'attraction scientifique et technique que l'actuel Gouvernement a remis en activité avec de beaux programmes. Une réussite du ministère de Hernán Lombardi qui semble bien tenir ses promesses de pluralisme de contenu tant dans les chaînes de l'audiovisuel (radio et télévision publiques) que dans les deux grosses infrastructures culturelles qui lui ont été confiées (plutôt qu'au ministre de la Culture, auquel elles auraient dû revenir) : le CCK, établi dans le bâtiment de l'ancienne direction générale des postes et télécommunications argentines, et Tecnópolis, centre de loisirs destinés à susciter des vocations de scientifiques et d'ingénieurs dans un pays qui doit se développer dans cette direction-là...

L'événement portègne se retrouve même à la une de El Litoral
(manchette en bleu, sur la droite)
Cliquez sur l'image pour une haute définition

Hier, dans le cadre de cette même fête du Chamamé, le CCK rendait un hommage émouvant à l'accordéoniste Nini Flores, récemment décédé, un musicien qui fut pendant longtemps un représentant du genre en France.


Pour aller plus loin :
lire l'article de El Litoral, le quotidien de Corrientes
visiter la page Facebook de la Fiesta Nacional del Chamamé, dont ce sera la 27ème édition l'année prochaine

Le nouveau disque de La Chicana [à l'affiche]

Couverture du nouveau disque

Les vendredis et samedis de septembre à 22h, le groupe La Chicana, animé par la compositeur et guitariste Acho Estol et la chanteuse Dolores Solá, présente son nouveau disque, La Pampa Grande, au Centro Cultural Torquato Tasso, Defensa 1975. La Chicana joue et crée un tango moderne, qui fusionne souvent avec le rock, un rock volontiers gothique. La Chicana est l'un des représentants du tango under-ground et contestataire de l'époque post-piazzollienne.

Cliquez sur l'image pour une meilleure résolution

Entrée avec réservation : 250 $ ARG
sans réservation, au guichet le soir-même : 280 $ ARG.
Pensez à ajouter les consommations ou le repas à votre budget sortie musicale.

Pour connaître les artistes, consulter la page Facebook du groupe.

jeudi 15 septembre 2016

Chamamé à gogo, ce soir, au Tasso [à l'affiche]


Ce soir, jeudi 15 septembre 2016, à 22h, et à guichets fermés, le Centro Cultura Torquato Tasso, Defensa 1975, à San Telmo, propose une nuit de musique du Litoral avec deux grands artistes de la Province de Corrientes : Antonio Tarragó Ros et Yacaré Manso. A l'honneur, les deux instruments phares de la province : la guitare et.. l'accordéon.

Les entrées, épuisées, étaient fixées à 180 $ ARG le jour même mais elles ont toutes été vendues en réservation à l'avance au tarif réduit de 150 $. Pour de telles vedettes, c'est presque donné !

Pour découvrir ces grands musiciens du folklore correntino, consulter la page Facebook de Yacaré Manso et le site Internet de Antonio Tarragó Ros.

Reprise de Noche de Boleros chez Jacqueline Sigaut [à l'affiche]

La chanteuse Lucrecia Merico et le Maestro Oscar De Elia reprennent samedi soir, 17 septembre 2016, à 21h30, leur tour de chant consacré non pas au tango mais au boléro chez Jacqueline Sigaut, à Palermo.


Comme à chaque fois, les indications sont portées sur les visuels. Les personnes souhaitant assister au concert sont priées de s'y conformer.

mardi 13 septembre 2016

Quatre jours pour célébrer l'art des conteurs à Buenos Aires [à l'affiche]


Demain, mercredi 14 septembre 2016 jusqu'à dimanche, Buenos Aires accueille la quinzième édition d'un festival international du conte oral avec des artistes venus de tout le pays mais aussi du Chili, de Cuba, du Venezuela et de la Colombie.

L'ouverture aura lieu dans l'auditorium de la Bibliothèque du Congreso de la Nación, Alsina 1835, avec la présentation d'un livre académique sur cet art encore vivant en Amérique du Sud et que nous avons presque perdu entièrement en Europe (encore que le métier de conteur réapparaît dans les festivals, les médiathèques et sur les salons du livre). Ce sera demain à 17h30.

Cliquez sur la couverture pour une résolution haute définition

La manifestation se fonde dans un cycle plus long qui va de mai à octobre dans tout Buenos Aires.

Le festival dispose d'un site Internet assez peu développé et d'une page Facebook heureusement plus dynamique.

Invitation à ma conférence de San Luis
Cliquez sur l'image pour lire le texte en haute résolution

Pour en savoir plus, lire aussi l'article de Página/12 de ce matin.
Lire également la présentation de mon recueil Contes animaliers d'Argentine sur Barrio de Tango et sur mon site Web où vous pouvez également écouter les conférences que j'ai déjà données à ce sujet l'année dernière en français à Paris et en espagnol à Buenos Aires (1) ainsi que mes interviews dans l'une et l'autre langue.



(1) Dès que j'en aurai le temps, je compte bien mettre en ligne l'enregistrement de la conférence que j'ai donnée le 24 août dernier à San Luis.

El Tata Cedrón présente jeudi la réédition d'un de ses vieux albums [à l'affiche]


Le compositeur, chanteur et guitariste Juan Tata Cedrón présente ce jeudi 15 septembre 2016 la réédition d'un ancien album publié pour la première fois en 1972 dans lequel il a mis en musique des vers du défunt poète Juan Gelman, intitulé Cantata del Gallo cantor (cantate du coq chanteur).

Cette présentation aura lieu les prochains jeudis à Hasta Trilce, Maza 177 à Almagro.

Entrée : 180 $ ARG.


Página/12, qui est l'un des fervents supporters du chanteur et dont Juan Gelman était l'une des plus prestigieuses signatures jusqu'à sa mort, profite de l'occasion pour l'interviewer en une de ses pages culturelles ce matin.

Plus d'information sur le site Internet de la salle et sa page Facebook.

Nouveau tour de chant de Viviana Scarlassa en solo [à l'affiche]


La chanteuse et comédienne Viviana Scarlassa, la voix du quintette féminin China Cruel, se produira ce vendredi 16 septembre 2016, à 21h30 au Salón Rossini de l'Hôtel Las Naciones situé sur avenida Corrientes, l'artère des théâtres et des cinémas (et peut-être pour quelques temps encore celle des librairies qui survivent à la montée des loyers et la baisse de la lecture, méchamment et bêtement concurrencée par la chasse aux pokémons et autres crétineries ambiantes). Le même soir, à 23h, Ronda de Cantores, sorte de micro libre pour qui voudra participer.

Entrée : 100 $ ARG (c'est tout à fait raisonnable).

lundi 12 septembre 2016

Fútboltango au Bar El Faro [à l'affiche]


Pour la cinquième fois, le chanteur Cucuza Castiello reprend ce mercredi 14 septembre 2016 à 20h son tour de chant intitulé Fútboltango dans son quartier, le petit restaurant El Faro, une petite pizzeria doublé d'un café en journée.

Droit au spectacle : 100 $ ARG (c'est franchement pas cher).
Pour calculer votre budget, ajoutez le prix du repas ou des consommations.
Il est fortement conseillé de réserver sa place dès à présent.

Le café est planté sur les limites de trois quartiers, Villa Urquiza, Villa Pueyrredón et Parque Chas, à l'angle des avenues Constituyentes et La Pampa.

jeudi 8 septembre 2016

Mise en ligne d'une nouvelle interview [Chroniques d'Argentine]


En Argentine, cette année, j'ai été interviewée à plusieurs reprises et jusqu'à présent, j'ai pu récupérer quelques uns des enregistrements effectués par les chaînes de télévision et de radio. Progressivement, je vais mettre en ligne sur mon site Internet, www.denise-anne-clavilier.fr, ce qui est disponible. Je commence donc dès Buenos Aires par l'interview accordée à Cristina Aubert à Villa Mercedes, dans la Province de San Luis, le 27 août 2016, pour son émission bilingue français-espagnol, Contact en France, qui passe le mercredi sur Radio Mercedes.
Pour l'écouter, rendez-vous sur mon site et cliquez sur l'onglet Radio (colonne de gauche).

Pendant l'enregistrement
nous étions réfugiées au calme dans une des salle de cours de l'Alliance

L'interview, courte, a été enregistrée juste avant mon départ en car de grand tourisme pour Buenos Aires, dans les locaux de l'Alliance Française, dont Cristina Aubert a longtemps été un pilier et dont elle reste une fervente supportrice.

Ce soir-là avait lieu à l'Alliance le vernissage d'une très jolie exposition de dessins de Plantu. Cette exposition se promène à travers toute l'Argentine grâce au réseau des Alliances.

Posant devant un dessin de Plantu post-attentat contre Charly
avec l'équipe de Contact en France

Contact en France dispose d'une page Facebook, tenue surtout en espagnol, la langue de son environnement...

A quatre mains après-demain à Palermo [à l'affiche]


La soirée de samedi 10 septembre 2016, à 21h30, chez Jacqueline Sigaut, s'annonce riche avec ses deux pianistes et ses deux chanteuses. Pour participer, il est essentiel de se manifester par mail auprès de l'artiste qui vous invite chez elle !

mercredi 7 septembre 2016

Salon du livre : je bats à nouveau la campagne le 25 septembre [ici]


Después de una gira importante en la Argentina en este año del Bicentenario de la Independencia, volveré el domingo 25 de septiembre en las ferias del libro en Francia. Esta vez, en el norte del pais, en la feria del pueblo de Merlieux-Fouquerolle, una feria al aire libre, en el stand de Editions du Jasmin, editorial de la mayoria de mis libros sobre la cultura popular argentina...

Après cette tournée intense en Argentine, d'est en ouest, je reprends les routes de France et de ses salons du livre avec une journée de dédicace traditionnelle dans mon agenda de la rentrée à la Fête du Livre de Merlieux dans l'Aisne, en pleine campagne picarde. Je présenterai sur le stand des Editions du Jasmin l'ensemble de mes livres sur la culture argentine, à l'exception de San Martin par lui-même et ses contemporains, qui sera alors en réimpression (mais nous en aurons un exemplaire et les lecteurs intéressés pourront passer commande et recevoir leur livre par la poste).

Comme sur chaque salon du livre, je proposerai une dégustation gratuite de mate, cette boisson nationale argentine (et sud-américaine), à la saveur amère et tannique, un coup de fouet dans ce début d'automne à ciel ouvert dans un joli village de campagne...

Pour en savoir plus, consulter le site Internet de la manifestation.

mardi 6 septembre 2016

Tous en piste vendredi au CETBA [à l'affiche]


Ce vendredi 9 septembre 2016 à 21h, c'est la milonga mensuelle du CETBA, le centre d'éducation au Tango de Buenos Aires, qui fait un travail de fourmi pour servir la culture du tango en approfondissant les choses et dans l'interdisciplinarité... Profitez-en ! En plus, les gens sont sympas.

La soirée commence comme d'habitude par des cours pour les débutants et les intermédiaires, ce qui veut dire pour tout le monde, de 21h à 22h puis de 22h à 23h. Les avancés, cela n'existe pas. On a toujours quelque chose à apprendre d'un professeur.

Toutes les infos sont sur l'affiche !

dimanche 4 septembre 2016

Mañana en la Academia Nacional del Tango [à l'affiche]

Nota bilingüe



Mañana, el Plenario de la Academia Nacional del Tango sera también el cierre del segundo Congreso del Tango que se celebro los jueves, viernes y sabado pasados.

Ahi disertaré sobre el tango como herramienta de proyeccion cultural al mundo para la Argentina con un lema tomado a un bando de San Martin en este año del Bicentenario de la Independencia: Seamos tangueros y lo demas no importa nada!
Una frase famosa en un bando poco conocido que dispusé en mi antologia de documentos historicos, San Martin par lui-même et par ses contemporains, publicado alla en Francia (en forma multilingüe).

Entrada libre y gratuite.
Avenida de Mayo 833, primer piso, lunes 5 de septiembre del 2016, a las 19.


Demain, le traditionnel Plenario de la Academia Nacional del Tango servira de conclusion du Congrès que l'institution vient d'organiser jeudi, vendredi et hier, autour du thème du tango et de l'identité.J'y prendrai la parole pour un exposé en espagnol sur le tango comme vecteur de promotion de l'Argentine à travers le monde.

J'ai emprunté la formulation du titre de mon topo à un décret du général San Martin à Mendoza, en 1819, dont vous trouverez l'intégralité du texte et sa traduction en français dans mon ouvrage, San Martin par lui-même et par ses contemporains, aux Editions du Jasmin (2014).

jeudi 1 septembre 2016

Vendredi, Cucuza sera au CAFF [à l'affiche]


Alors que vient de s'achever le Festival de Tango de Buenos Aires, le chanteur Cucuza Castiello, que mes lecteurs connaissent bien, sera demain, vendredi 2 septembre 2016, à 21h30, au CAFF, Sanchez de Bustamente 772, dans le quartier de Carlos Gardel, el Abasto.

Tour de chant mêlant les classiques du rock argentin et du tango avec une pléiade d'invités comme d'habitude !

Entrée : 150 $ ARG.

L'affiche salue le souvenir de la grande chanteuse Nelly Omar, disparue plus de cent ans il y a quelques année.

Samedi à Palermo, chez Jacqueline Sigaut [à l'affiche]


Mes fidèles lecteurs connaissent bien désormais ce rendez-vous au domicile de la chanteuse argentine Jacqueline Sigaut, à deux cents mètres de Plaza Italia, dans le quartier de Palermo, dans le nord de Buenos Aires.

Pour y participer et écoutez le duo invité du jour, samedi 3 septembre 2016, le chanteur Luis Filipelli et son guitariste, Leonardo Andersen, suivez les indications portées sur le visuel de la soirée.

Ce sera un hommage à l'auteur-compositeur interprète Eladia Blazquez, auteur d'un très beau répertoire qui mériterait d'être mieux connu en dehors de l'Argentine.

vendredi 26 août 2016

Septiembre en Buenos Aires [à l'affiche]

Nota bilingüe


Nuevas fechas en Buenos Aires:
Mas alla de la apertura del segundo Congreso de Tango en la Academia Nacional del Tango el 1 de septiembre 2016 a las 12:30 en el Palacio Carlos Gardel, avenida de Mayo, en la mesa de las autoridades, donde saludaré a los congresistas, se presentan dos nuevas exposiciones;


el 5 de septiembre a las 19:00, ponencia sobre el tango como herramienta de proyeccion cultural al Exterior para la Argentina en el Plenario de la Academia Nacional del Tango en su sede  - ver la pagina Facebook de la entidad)

el 6 de septiembre, a las 18:45, charla sobre Mercedes de San Martin y su familia en Europa en la Alianza Francesa de Martinez, Pedro Goyena 1926, Martinez (Pcia de Buenos Aires) - ver el sitio Web y la pagina Facebook de la entidad


el 7 de septiembre, a las 16:30, charla sobre los documentos en francés de Domingo Faustino Sarmiento en los archivos franceses (durante su exilio alla en tiempo de Rosas), en la Casa de la Provincia de San Juan - Casa de Sarmiento, Sarmiento 1251, CABA (cerca del Obelisco)

Todas actividades con entrada libre y gratuita, en CASTELLANO.


Trois nouvelles dates à Buenos Aires, après cette tournée chargé dans le Grand Ouest argentin :

1er septembre 2016, à 12h30, ouverture du congrès de tango de la ANT où je serai avec la direction pour saluer les participants

5 septembre 2016, à 19h30, plenario de la ANT en forme de conclusion du congrès où je prendrai la parole pour un topo sur ce que le tango, bien exploité, pourrait apporter à l'image de l'Argentine à l'étranger

6 septembre, à 18:45, conférence sur Mercedes de San Martin et sa famille en Europe, à l'Alliance Française de Martinez, dans le Gran Buenos Aires (près de Olivos)

7 septembre 2016, à 16h30, à la Casa de la Provincia de San Juan (représentation officielle de la province dans la capitale fédérale), installée dans la maison particulière qui fut celle de Domingo Sarmiento lorsqu'il résidait à Buenos Aires sur la fin de sa vie, conférence sur Sarmiento et ses écrits en français pendant son exil en Europe sous la dictature de Juan Manuel de Rosas.

jeudi 25 août 2016

Notas radiales y televisivas en San Luis [à l'affiche]

Nota bilingüe


Ayer, el 24 de agosto del 2016, a la mañana, me hicieron una nota en vivo en Canal 13, el canal publico de la Povincia de San Luis. Espero poder poner en linea proximamente la grabacion en mi Web (www.denise-anne-clavilier.fr).
Esta tarde, del 25 de agosto, a las 20 (hora argentina), paso en Radio Cultura, la radio de Villa Mercedes. Nota en vivo.


Deux interviews pendant ce séjour de travail dans la Province de San Luis, organisé par les Alliances Françaises du Grand Ouest argentin : hier, en direct, à l'antenne de la télévision locale Canal 13 (la chaîne publique de la Province), et ce soir, 25 août, à 20 (heure argentine), sur les ondes de Radio Cultura. Dans les deux cas, j'espère obtenir les enregistrements que je compte mettre en ligné sur mon site, une fois de retour en France.

dimanche 21 août 2016

Con destino a San Rafael (Mendoza) [à l'affiche]

Nota bilingüe


Sigue la gira por Cuyo.
Estos lunes y martes 22 y 23 de agosto del 2016, en el marco del Bicentenario de la Independencia, brindaré dos charlas en la ciudad de San Rafael (Mendoza), la primera sobre Mercedes de San Martín y su familia en Francia (en el bicentenario de su nacimiento en Mendoza), la segunda sobre la metodología histórica y unos aportes originales que hice en la documentación de la vida del prócer. Estas charlas-debates están organizadas por la Alianza Francesa de San Rafael.
Actividades en castellano, abiertas a toda la comunidad.
Entrada libre y gratuita.

Para saber más, hacer clic en los links siguientes:

Mon prochain passage à San Rafael s'annonce déjà dans la presse locale, Uno San Rafael a en effet publié l'annonce du programme dans un article du 18 août (à lire pendant qu'il est encore en ligne).
Dans cette ville du sud de la Province de Mendoza, je ferai deux interventions, l'une sur la vie de la fille du général José de San Martín dont le grand public, en Argentine comme ailleurs, sait peu de choses et sur laquelle très peu d'historiens se sont penchées (et pourtant quelle vie intéressante du point de vue historique), l'autre sur la méthodologie de lecture et de critique des documents et sur les contributions nouvelles que j'ai apportées à la connaissance de la vie du plus grand héros de l'indépendance argentine.

Voir également le communiqué de la faculté des sciences appliquées à l'industrie (Université nationale de Cuyo) et l'annonce parue dans Wherevent, le "pariscope" en ligne de San Rafael.

samedi 20 août 2016

Le tango en grand deuil : Horacio Salgan n'est plus [Actu]

Un des pages culturelles de Pagina/12 ce matin

Pendant cette tournée que j'effectue dans le Gran Guyo, le temps me manque pour lui rendre hommage comme il conviendrait à son immense talent de pianiste, de compositeur, d'arrangeur et de chef d'orchestre ! Le Maestro Horacio Salgan, dont nous avions salué le centenaire il y a quelques mois, vient de s'éteindre à Buenos Aires.


Les mots manquent pour saluer cette figure historique du tango, l'un des tout premiers créateurs à s'être affranchis des contraintes du bal pour élever le genre à une musique de très libre création, quelque temps avant que Piazzolla choisisse le même chemin.


On doit à Salgan des chefs d'oeuvre courts comme l'immortel A fuego lento (à petit feu) et les premières longues pièces, comme Oratorio Carlos Gardel, composé sur un livret de Horacio Ferrer, dont le souvenir continue à briller, lui aussi, au firmament tanguero.

Et pour une fois, c'est La Prensa qui fait le plus de place à l'événement dans sa une de ce matin.


Pour aller plus loin :
lire l'article principal de Pagina/12 (qui consacre au musicien une bonne partie de son supplément culturel de ce jour)
lire également (tant qu'il reste en ligne) l'article de Los Andes de ce matin (groupe Clarin, mais à Mendoza, où je me trouve actuellement et je n'ai même pas eu ce matin le temps de jeter un coup d'oeil sur la devanture des kiosques à journaux).